Publié : 20 août

Le don

Bernard Chapuis

Publié dans le Quotidien Jurassien le 20 août 2021

Le don

Source : mon ami Marcel

Çoli s’ pésse dains lai classe des p’tèts. Daime Fidélia, lai maîtrasse, échpyique explique le mot don. « Mozart, nôs en aivïns pailè, avait ïn don po lai musitye. En vôs, mit’naint. Trovèz-me des éxempyes. Des mains se drassant. : « Moi, moi ! »
- Pe tus en lai foi. Tchétyun son toué. Vôs poérrèz tus vôs échprimaie.
Les réponches s’entchaînant.
- Moi, mon pére, è sait tot faire, dit le grôs Laon.
- Mains ç’ n’ât p’ïn don çoli, protèchte son caim’rade de bainc.
- Mains chié, dit lai maîtrasse. Ç’ât meinme ïn don des pus yutiles. I voérrôs bïn aivoi ïn hanne cment lu en l’hôtâ. Porcheûtes !
- Picasso aivait ïn don po lai peinture.
- Çtu qu’é fait les Tintin, èl aivait ïn don.
- Te sais son nom ? demainde Daime Fidélia.
Cment niun ne peut répondre, èlle graiyenne â noi tâbiau Hergé. Ès yéjant tus ensoénne : Her – gé !
- Mai mére, èlle é ïn don po le tçheutchi. Tot crât.
- Èt peus, Maîtrasse, çtu qu’é fait les f’nétres de lai tchaipele de l’hôpitâ.
- Jean-François Comment, précije lai maîtrasse.
- Eh bïn çtu-li âchi èl aivait ïn don.
- Tot chu, dit lai maîtrasse. Èt toi, Laon, t’ n’és pus ran è dire ?
- Chié, Maîtrasse. Moi, i aî ïn don.
- Ah bon ! Lequél ?
- Ïn djouè qu’èlle était graingne, mai mére m’é dit : « Toi, Laon, t’és l’ don d’ me faire tchiere. »


Ecouter la chronique lue par Bernard Chapuis

info document -  MP3 - 4.1 Mo

Le don

Source : mon ami Marcel

La scène se passe dans la classe des petits. Madame Fidélia, la maîtresse, explique le mot don. « Mozart, nous en avions parlé, avait un don pour la musique. À vous, maintenant de me trouver d’autres exemples. Des mains se dressent : « Moi, moi ! »
- Pas tous à la fois. Chacun son tour. Vous pourrez tous vous exprimer.
Les réponses s’enchaînent.
- Moi, mon père, il sait tout faire, dit le gros Léon.
- Mais ce n’est pas un don ça, proteste son camarade de banc.
- Mais si, dit la maîtresse. C’est même un don des plus utiles. Je voudrais bien avoir un homme comme lui chez moi. Continuez !
- Picasso avait un don pour la peinture.
- Celui qui a fait les Tintin, il avait un don.
- Sais-tu son nom ? demande Madame Fidélia.
Comme personne ne peut répondre, elle écrit au tableau noir Hergé. Tous ânonnent en choeur : Her- gé !
- Ma mère a un don pour le jardinage.Tout pousse.
- Et puis, Maîtresse, celui qui a fait les vitraux de la chapelle de l’hôpital.
- Jean-François Comment, précise la maîtresse.
- Eh bien, celui-là aussi, il avait un don.
- Sans doute, confirme la maîtresse. Et toi, Léon, tu n’as plus rien à dire ?
- Si, Maîtresse. Moi, j’ai un don.
- Ah bon ! Lequel ?
- Un jour qu’elle était fâchée, ma mère m’a dit : « Toi, Léon, tu as le don de me faire chier. »