Publié : 18 décembre 2020

La prière des deux pauvres vieux

Lai prayiere des dous poueres véyes

Bernard Chapuis

Publié dans le Quotidien Jurassien le 18 décembre 2020

Lai prayiere des dous poueres véyes

Lucien Lièvre (1877-1958)

D’â chi longtemps qu’ nôs sons â monde,
- è y é pus de quaitre-vingts ans -
Nôs voyans péssaie en lai ronde
Les longs huvies, les coés tchâtemps.

Nos poirens, nos afains sont moues ;
 cém’tiere en paix ès dremant ;
Pus niun que venieuche nôs vouere.
Nos n’ains pus ni bïn ni airdgent.
Dains le poiye, â care di foénat,
Po les aimes des trépéssès,
Nos mairmeugeans note tchaiplat,
Que trembye dains nos mains usèes.

Di bé temps de note afaince,
Des pyaijis de nos vingt ans,
Nos n’ains même pus seuveniaince,
Ç’ât chi loin po nos entend’ments.

Sainte Vierdge di pairaidis,
Écoutèz note humbye prayiere !
Due nôs é rébiès tchu lai tiere.
Nôs ains ainmè, seuffri ensoéne,
Ensoéne nôs voérrïns meuri.
Prentes pidie de notre poéne,
Notre-Daime di pairaidis.


Ecouter la chronique lue par Bernard Chapuis

info document -  MP3 - 3 Mo

La prière des deux pauvres vieux

Lucien Lièvre (1877-1958)

Depuis si longtemps que nous sommes au monde,
- il y a plus de quatre-vingts ans -
Nous voyons passer à la ronde
Les longs hivers, les courts étés.

Nos parents, nos enfants sont morts ;
Ils dorment en paix au cimetière.
Plus personne qui vienne nous voir.
Nous n’avons plus ni bien ni argent.
Dans la chambre, au coin du fourneau,
Pour les âmes des trépassés,
Nos marmonnons notre chapelet,
Qui tremble dans nos mains usées.

Du beau temps de notre enfance,
Des plaisirs de nos vingt ans,
Nous n’avons même plus souvenance,
C’est si loin pour nos entendements.

Sainte Vierge du paradis,
Écoutez notre humble prière !
Dieu nous a oubliés sur terre.
Nous avons aimé, souffert ensemble,
Ensemble nous voudrions mourir.
Prenez pitié de notre peine,
Notre-Dame du paradis.