Vous êtes ici : Accueil

Derniers articles

  • Boènnes aivisâles po l’annèe 2018 Audrey Chèvre - 22 janvier

    BOIENNE ANNAIE

    Ajoie

    Ïn djoué c’ment adjed’heû è n’y en é qu’ün

    Tiéttye annaie ât ènne promâsse de djoûes èt de détieuvrances

    Que lai novèlle annaie feuche po toi ènne annaie chpéciale

    Que dés millies de petétes djoues venieuchent rendre tai vie pus bèlle

    Bondjo â Bon An !

    Patois de la Courtine

    Tchéque djo ât ïn âtre djo

    Tchéque annèe ât ènne promâsse de djoûe èt de détcheuvre

    Que l’annèe qu’vïnt soiyèsse po toi ènne annèe spéchiâ

    Aivô des valmons de p’tétes djoûes po bèyie d’lai biâtè en lai vétçhaince.

    Boènne annèe !

    Vallée de Delémont

    Tchéque djo ât yunique, tchéqu’ annèe ât ènne promèche de djoûes et de

    détieuvres. Que lai novèlle annèe feuche po toi ènne spéchiâ annèe, que

    des millies de p’tètes djoûes v’nieuchïnt embiâtaie tai vétchaince.

  • Michel Choffat, l’Ugène, RFJ 19 janvier 2020 - 20 janvier

    Radio Fréquence Jura RFJ 19 janvier 2020

    Rubrique en patois du 19 janvier 2020

    Auteur : Michel Choffat, l’Ugène

    Thème : Voeux et prochain spectacle des Aidjolats

    info document -  MP3 - 4 Mo
  • Dains lai pochte de Montsev’lie - 17 janvier

    Publié dans le Quotidien Jurassien le 17 janvier 2020

    Dains lai pochte de Montsev’lie

    Â cieutchie de Sïnt-Marcel, è soènne lai d’mée des chés. Lai Bèrtha ât en r’taid. Lai conchultation tchie l’ méd’cïn des eûyes é dyurie pus grant que prévu. Sai pochte po Mèrvelie paît taintôt. È yi fât ritaie po ne pe lai manquaie. Mains voili, son méd’cïn des eûyes yi é eurcommaindè de n’ pe faire d’effoûe. En pus, ritaie d’aivô tos ces cabas, ç’ ât richquaie d’ se fotre poi tiere èt d’ brijaie ses novèlles breliçhes.

    Èlle airrive ch’ lai piaice des pochtes. « Laivou qu’èlle ât, lai mïnne ? I n’ sais p’ poquoi çoli tchaindge tot l’ temps. »
    - È n’ y é p’ de pochte po Mèrvelie ? qu’èlle demainde atoé d’ lée.
    - Mains chié, Daime. È vôs fât pâre Montsev’lie.
    - Nigdoye qu’ i seus ! C’ment si n’ le saivôs pe, moi qui l’aî pris taint d’ côps !

    Tiaind qu’èlle airrive en sai pochte, çtée-ci ât ch’ le point d’ paitchi. Lai poûetche ât frome èt l’émoinnou fredoéye. Èlle coégne en lai vitre. Le condujou qu’ l’é r’coégnu yi eûvre.
    - Montèz, Daime èt peus dépâdgietes-vôs !

    Lai pochte ât bondèe. È n’y d’moère qu’ènne piaice â long d’ïn hanne que s’mâye. Lai Bèrtha se siete taint bïn qu’ mâ chu âtçhe de du.
    - Oh, éstiujètes-me, l’hanne. I m’ seus sietèe chu vos breliçhes.
    - Ç’ n’ât ran, Daime, Mains i airôs meus ainmè tiaind qu’i les aivôs ch’ le moére.
    - Grôs poûe, vai !

    Notes
    l’émoinnou fredoéye, le moteur ronfle
    ïn hanne que s’mâye, un homme qui somnole

    Ecouter la chronique lue par Bernard Chapuis

    info document -  MP3 - 4.4 Mo

    Dans le car postal de Montsevelier

    Au clocher de Saint-Marcel, il sonne cinq heures et demie. Berthe est en retard. La consultation chez l’ophtalmologue a duré plus que prévu. Sa poste pour Mervelier part dans peu de temps. Il lui faut courir pour ne pas la manquer. Mais voilà, son ophtalmologue lui a recommandé de ne pas faire d’efforts. En outre, courir avec tous ces cabas, c’est risquer de se flanquer par terre et de casser ses nouvelles lunettes.

    Elle arrive sur la place des cars.« Elle est où, ma poste ? Je ne sais pas pourquoi ça change tout le temps. »
    - Il n’ y a pas de poste pour Mervelier ? demande-t-elle alentour.
    - Mais si, Madame. Montez dans celle de Montsevelier.
    - Sotte que je suis. Comme si je ne le savais pas, moi qui l’ai prise si souvent.

    Elle arrive quand son bus est sur le point de partir. La porte est fermée et le moteur ronfle. Elle cogne à la vitre. Le chauffeur qui l’a reconnue lui ouvre.
    - Montez, Madame et dépêchez-vous !

    Le car est bondé. Il ne reste qu’une place à côté d’un homme qui somnole. Berthe s’installe tant bien que mal sur quelque chose de dur.
    - Oh, excusez-moi, Monsieur. Je me suis assise sur vos lunettes.
    - Ce n’est rien, Madame. Mais j’aurais préféré quand je les avais sur le nez.
    - Gros cochon, va !

  • Lai ç’liege - 16 janvier

    Lai ç’liege

    L’hichtoire qu’ i veus vôs contaie âdjd’heû s’ ât péssè è Mont’gnez, è y’ é bïn grant. C’ était di temps d’ lai d’riere mondiâ dyierre. Mon pére était bïn chur mob’yijè. Dâli, ç’ ât mon grant-pére que daivait moinnaie â meu les aiffaires de nôte petéte fèrme. Bïn chur que tus les âtres dgens d’ lai mâjon f’sïnt tot yôte pôchibye po y’ aippoétchaie lai moyou l’ éde. Ïn djoué qu’ nôs allïns d’ lai sen d’ lai « Piaintche és soudaîts » (ç’ ât ïn yûedit di fïnnaidge, d’ lai sen di Mont R’naud), po foénaie ènne pran, nôs trovainnent ènne ç’lieje ch’le baid di tch’mïn. Mon grant-pére me dié : « Tiais, Djeain, raimésse ç’te ç’lieje ». Ïn pô ébâbi, i froingné pe i raiméssé lai ç’lieje pe lai bèyé en mon grant-pére. « Maindge-lai, pe aittends ïn pô, i aî rébiè âtçhe en l’ hôtâ » qu’ è m’ dié. Tiaind qu’ è r’venié, nôs allainnes en nôte pran pe nôs ècmen-çainnes le traivaiye. Lu soiyait, pe moi, i étenjôs l’hierbe po qu’èlle satcheuche meu. Vés les dieches, nôs s’sietainnes pe mon grand-pére prenié l’ lô qu’ él était aivu tchri en l’ hôtâ, en r’tirait les ç’liejes yènne è yènne, pe les tchaimpait poi tiere. Moi, l’ échtomaic dains les tailos, i m’ béchôs tchétçhe côp po pâre lai ç’lieje poi tiere d’vaint d’ lai maindgie. Tiaind
    qu’ le lô feut â quât veûd, è m’ dié : « Te vois, Djeain, djemais peûri n’ é bon temps ! » Pe è
    m’ bèyé l’ lô piein de ç’liejes és trâs quâts. Oh ! Âye ! qu’ i y’ réponjé, i aî bïn compris lai y’çon. Vôs comprentes poquoi i seus taint aivu aittaitchie en ci mârvoiyou grant-pére. C’était ïn hanne que saivait ç’ qu’ è v’lait. Èl aivait d’ lai pungne, mais âchi brâment de s’né po pâre ènne déchijion pe po lai faire è aippyiquaie. I dirôs v’lantie qu’ èl aivait ènne main d’ fie dains ïn gaint de v’loué. Sains récoure sai faiçon d’ se musaie, è saivait convaintçhre son ôyuattou, di bïn-b’néè d’ses aivisâles. Tiaind qu’ mit’naint, i m’ muje en lu, i n’ sais p’ c’ment le r’mè-chiaie po tot ç’ qu’ è m’ é aippoétchè. L’ hichtoire de ç’te mâlhèy’rouje ç’lieje n’ ât ran qu’ ïn tot p’tét moéché de tot ç’ qu’ è m’ é ïntçhiultçhè. Ch’ le bainc d’vaint l’hôtâ, è m’ aippregnait è yére : i y’ yéjôs l’ Paiyis. È m’ échquepyiquait totes ces compyiquèes tchôjes d’ lai ch’con-de mondiâ dyiere. È me f’sait è compâre le r’dicuye de chèrtannes tchôjes : lai frontiere entre Coéchèlles pe Mont’gnez, qu’ des vaitches des dous v’laidges aivïnt déjaiyibrement traivoi-chie. Sains lu, i n’ compârôs p’ le patois, pe i n’ le sairôs p’ djâsaie. Chér grant-pére, po çoli, i te r’mèchie di fond di tiûere, pe i aittends d’ te r’trovaie …bïntôt li-d’tchus. Mains pe trop tôt, tot d’ meinme !

    J.-M. Moine

    La cerise

    L’histoire que je vais vous raconter aujourd’hui s’est passée à Montignez il y a bien longtemps. C’était du temps de la dernière guerre mondiale. Mon père était bien sûr mobilisé. Alors, c’est mon grand-père qui devait mener au mieux les affaires de notre petite ferme. Bien sûr que tous les autres gens de la maison faisaient tout leur possible pour lui apporter la meilleure aide. Un jour que nous allions du côté de la « Planche aux soldats » (c’est un lieudit du finage dans la direction du Mont Renaud), nous trouvâmes une cerise sur le bord du chemin. Mon grand-père me dit : « Tiens, Jean, ramasse cette cerise ». Un peu étonné, j’hésitai, puis je ramassai cette cerise et je la donnai à mon grand-père. « Mange-la, et attends un peu, j’ai oublié quelque chose à la maison » me dit-il. Quand il revint, nous nous rendîmes à notre pré, et nous commençâmes notre travail. Lui fauchait, et moi j’étendais l’herbe pour qu’elle sèche mieux. Vers dix heures, nous nous assîmes et mon grand-père prit le cornet qu’il avait été chercher à la maison, en retirait les cerises une à une, et les jetait par terre. Moi, l’estomac dans les talons, je me baissais chaque fois pour prendre la cerise par terre avant de la manger. Quand le cornet fut vide au quart vide, il me dit : « Tu vois, Jean, jamais paresseux n’a bon temps ! » Puis il me donna le cornet plein de cerises aux trois quarts. Oh !Oui ! que je lui répondis, j’ai bien compris la leçon. Vous comprenez pourquoi j’ai tant été attaché à ce merveilleux grand-père. C’était un homme qui savait ce qu’il voulait. Il avait de la poigne, mais aussi beaucoup de bon sens pour prendre une décision et pour la faire appliquer. Je dirais volontiers qu’il avait une main de fer dans un gant de velours. Sans imposer sa manière de penser, il savait convaincre son auditeur du bien-fondé de ses idées. Quand maintenant, je pense à lui, je ne sais pas comment le remercier pour tout ce qu’il m’a apporté. L’histoire de cette malheureuse cerise n’est qu’un tout petit morceau de tout ce qu’il m’a inculqué. Sur le banc, devant la maison, il m’apprenait à lire : je lui lisais le Pays. Il m’expliquait toutes ces choses compliquées de la seconde guerre mondiale. Il me faisait comprendre le ridicule de certaines choses : la frontière entre Courcelles et Montignez, que des vaches des deux villages avaient délibérément traversée. Sans lui, je ne comprendrais pas le patois, je ne saurais pas le parler : cher grand-père, pour cela, je te remercie du fond du cœur, et j’attends de te retrouver… bientôt là-haut. Mais pas trop tôt tout de même !
    J.-M. Moine

  • Eribert Affolter, RFJ, 12 janvier 2020 - 14 janvier

    Eribert Affolter, RFJ, 12 janvier 2020

    Radio Fréquence Jura RFJ,

    rubrique en patois, 12 janvier 2020

    Thème : Au seuil d’une nouvelle année

    info document -  MP3 - 3.7 Mo
  • Ïn conscienciou gabelou - 10 janvier

    Un histoire amusante de Bernard Chapuis, Un douanier consciencieux

  • Ïn conscienciou gabelou - 10 janvier

    Publié dans le Quotidien Jurassien le 10 janvier 2020

    Ïn conscienciou gabelou

    Dains ïn temps pe chi loin, è y aivait encoé des gabelous dains les pochtes les pus retyiries.

    Ïn djouè, l’Osias airrive en lai dv’ane de Déridèz en véyo. D’vaint son dyidon, èl avait attaitchi ènne caîssatte pieinne de sabye. C’était â toué di Markus de posaie lai dyaidge. Ci Markus, que v’nyait d’ l’âtre sens d’ lai Sarine, était ïn tot bon bogre, mais chtrèngue chu l’ réglement. È n’ léchait ran péssaie. Tos ses caim’rades airïnt fait seingne en çt’Osias de pésssaie, mains pe lu. « Aittentes-me ! » qu’è dit. É vai tçhri ïn crelat èt taimije tot ci sâbye sains ran trovaie. Lai meinme sceînnne se r’produt djouè aiprés djouè. È n’ trove djemais ran d’ caitchi dains ci sâbye. Poétchaint, è râte l’Osias tchéque djouè èt, tchéque djouè, èl inchpècte lai caîssatte. Les ans aint péssè. Le conscienciou gabelou ècmence sai driere djouénèe d’vaint que d’ paitchi en r’tréte.

    - Ç’ât mai driere djouénèe, qu’è dit en çt’Osias. Vôs m’ pèrmâtes de vôs posaie ènne quèchtion. Durant totes ces annèes, i vôs aî aidé gèrmegie de faire d’ lai contrebande. Mit’naint qu’i m’en vais, i veus saivoi. Vôs faites d’ lai contrebande ou bïn quoi ?

    Osias maîyenne.

    - I vôs bèye mai pairôle de gabelou. Çoli veut d’moéraie entre nôs dous.
    - Yé bïn, i r’coégnâs. Ô, i fais d’ lai contrebande.
    - Ah, i aivôs réjon de m’ méfiaie. Mains dites-voûere, i aî cribyè tchéque djouè le sâbye sains ran trovaie. Ç’ n’ât p’ le sâbye que vôs péssèz en frâde ?
    - Nian, ç’ât les véyos.

    Note
    ïn crelat, une passoire
    gèrmegie, soupçonner
    maîyennaie, hésiter


    Ecouter la chronique lue par Bernard Chapuis

    info document -  MP3 - 4.9 Mo

    Un douanier consciencieux

    Dans un temps pas si lointain, les douaniers occupaient encore les postes les plus reculés.

    Un jour, Osias arrive à la douane de Déridez à vélo. Devant son guidon, il avait attaché une caissette pleine de sable. C’était au tour de Markus d’être de faction. Ce brave fonctionnaire, qui venait de l’autre côté de la Sarine, était impitoyable dans l’application du règlement. Il ne laissait rien passer. Tous ses collègues auraient fait signe à l’ homme de passer, mais pas lui. « Attendez-moi ! » dit-il. Il va chercher un tamis et crible tout ce sable sans rien trouver de suspect. Le même scénario se reproduit jour après jour. Et jamais il ne trouve rien de caché dans ce sable. Pourtant, il l’arrête chaque jour, et chaque jour,il passe la caisse au peigne fin. Les années passent. Le douanier entame sa dernière journée avant de partir en retraite.
    - C’est ma dernière journée avant ma retraite, dit-il à Osias. Permettez-moi de vos poser une question. Durant toutes ces années, je vous ai toujours soupçonné de faire de la contrebande. Maintenant que je pars en retraite, j’ai besoin savoir. Faites-vous de la contrebande oui ou non ?
    Osias hésite.
    - Je vous donne ma parole de douanier, cela restera entre nous.
    - Bon, je vous l’avoue, oui, je fais de la contrebande.
    - Ah, je me méfiais avec raison. Mais dites-moi, j’ai chaque fois peigné le sable sans rien trouver. Ce n’est donc pas le sable que vous passez en fraude.
    - Non, ce sont les vélos.

  • Ïn sondge - 3 janvier

    Publié dans le Quotidien Jurassien le 3 janvier 2020

    Ïn sondge

    Ce sonnet de Sully Prudhomme (1839-1907) adapté en patois dit en langage poétique à quel point nous sommes tous interdépendants.

    Le laboérou m’é dit en sondge : « Fais ton pain,
    I ne te neurris pus : graitte lai tiere et vangne. »
    Le téch’raind m’é dit : « Fais tes haiyons toi-meinme. »
    Et le maiçnou m’é dit :« Prends lai pâlatte en main. »

    Tot d’ pai moi, aibaind’nè de tote lai tyeum’nâtè,
    I vâdyèyôs poitchot drèt c’ment ïn réprovè
    Et tiaind qu’i f’sôs â cie ènne driere prayiere,
    I trovais chu mon tch’mïn des faves enraidgis.

    I euvré mes dous l’euyes, sains craire en lai roûe-neût.
    Quéques vaiyaints l’euvries çhiôtïnt chu yos étchieles.
    Les méties bredenïnt, les tchaimps étïnt vangnès.

    I coégné mon bonhèye èt qu’ât monde où qu’ nôs sons
    Niun ne peut se bragaie de se péssaie des hannes,
    Èt peus, dâ ci djoué-li, i les aî tus ainmès.


    Ecouter la chronique lue par Bernard Chapuis

    info document -  MP3 - 3.1 Mo

    Un songe

    Ce sonnet de Sully Prudhomme (1839-1907) dit en langage poétique à quel point nous sommes tous interdépendants.

    Le laboureur m’a dit en songe : « Fais ton pain,
    Je ne te nourris plus : gratte la terre et sème. »
    Le tisserand m’a dit : « Fais tes habits toi-même. »
    Et le maçon m’a dit :« Prends la truelle en main. »

    Et seul, abandonné de tout le genre humain
    Dont je traînais partout l’implacable anathème,
    Quand j’implorais du ciel une pitié suprême,
    Je trouvais des lions debout sur mon chemin.

    J’ouvris les yeux, doutant si l’aube était réelle :
    De hardis compagnons sifflaient sur leurs échelles.
    Les métiers bourdonnaient, les champs étaient semés.

    Je connus mon bonheur et qu’au monde où nous sommes
    Nul ne peut se vanter de se passer des hommes ;
    Et depuis ce jour-là, je les ai tous aimés.

  • Le patois de la commune de Grand’Combe des Bois, F. Boillot - 2 janvier

    Les richesses relevées par F. Boillot nous concernent directement. C’est le patois du plateau de Maîche, le cousin du patois des Franches-Montagnes.

    Les Boillot sont chez nous des Boillat, les Chapotte des Chapatte ...

    Ce dictionnaire est très riche en illustrations et celles-ci mériteraient d’être reprises et légendées en patois jurassien. Avis aux amateurs !

    Pour consulter le dictionnaire de F. Boillot

    et revoilà ènne peuglise !

    Un fer à repasser, en connexion avec l’allemand Bügeleisen.

    Dans le Vallon de St Imier, c’était aussi la locomotive à vapeur : c’est noir, on met de la braise dedans, cela fume et cela passe et repasse ...

    Ce terme est aussi utilisé dans le canton de Neuchâtel.

  • Concours Patois 2019-20 - 30 décembre 2019

    Voici la proposition d’un concours. Il s’agit de découvrir le sens des mots ci-dessous et de répondre aux questions.

    Les auteurs des bonnes réponses seront tirés au sort et les gagnants recevront des billets d’entrée aux spectacles des patoisants, soit à Saulcy chez les Taignons, ou à Charmoille chez les Aidjolats.

    Personnes ressources pour le patois

    Les réponses sont à envoyer avec le questionnaire en ligne ci-dessous.

    Que signifient les mots suivants :

    Les égraîes

    Les ailumérias ou alumérias

    Lai boyatte, boiyatte

    Le poiye

    Fregounaie ou fréguenaie

    Comment appelle-t-on les fagots en patois ?


    Réponses

    Les réponses se trouvent sur le site Djasans, dans les livres et documents qui se trouvent à l’école ou dans les bibliothèques et surtout, en interrogeant les grand-mamans et grands-papas.

    Des propositions de réponses à choisir

    A Les égraîes

    B Les ailumérias ou alumérias

    C Lai boyatte, boiyatte

    D Le poiye

    E Fregounaie ou fréguenaie

    F Peux-tu nous dire comment on appelle les fagots en patois ?


    Recherche

    Sur le site Djasans, le plus facile est d’utiliser le mode recherche.

    Pour aider à chercher voir la page mémento


    Pour répondre :

    Un formulaire en ligne est en création .

    Pour l’instant, vous pouvez envoyer un courriel à Audrey Chèvre,

    en mentionnant

    votre nom et prénom, adresse, courriel et téléphone

    et surtout

    le code de la solution choisie

    A Les égraîes : A1, A2, A3, A4

    B Les ailumérias ou alumérias : B1, B2, B3, B4

    C Lai boyatte, boiyatte : C1, C2, C3, C4

    D Le poiye : D1, D2, D3, D4

    E Fregounaie ou fréguenaie : E1, E2, E3, E4

    F Peux-tu nous dire comment on appelle les fagots en patois ? F1, F2, F3, F4

    Attention !

    Les auteurs des bonnes réponses seront tirés au sort et les gagnants recevront des billets d’entrée aux spectacles des patoisants, soit à Saulcy chez les Taignons, ou à Charmoille chez les Aidjolats.

    Cette offre est valable pour les réponses arrivées avant le 30 janvier 2020 !

Derniers articles

  • Boènnes aivisâles po l’annèe 2018 Audrey Chèvre - 22 janvier

    BOIENNE ANNAIE Ajoie Ïn djoué c’ment adjed’heû è n’y en é qu’ün Tiéttye annaie ât ènne promâsse de djoûes èt de détieuvrances Que lai novèlle annaie feuche po toi ènne annaie chpéciale Que dés millies (...)
  • Michel Choffat, l’Ugène, RFJ 19 janvier 2020 - 20 janvier

    Radio Fréquence Jura RFJ 19 janvier 2020 Rubrique en patois du 19 janvier 2020 Auteur : Michel Choffat, l’Ugène Thème : Voeux et prochain spectacle des (...)
  • Dains lai pochte de Montsev’lie - 17 janvier

    Publié dans le Quotidien Jurassien le 17 janvier 2020 Dains lai pochte de Montsev’lie  cieutchie de Sïnt-Marcel, è soènne lai d’mée des chés. Lai Bèrtha ât en r’taid. Lai conchultation tchie l’ (...)
  • Lai ç’liege - 16 janvier

    Lai ç’liege L’hichtoire qu’ i veus vôs contaie âdjd’heû s’ ât péssè è Mont’gnez, è y’ é bïn grant. C’ était di temps d’ lai d’riere mondiâ dyierre. Mon pére était bïn chur mob’yijè. Dâli, ç’ ât mon grant-pére (...)
  • Eribert Affolter, RFJ, 12 janvier 2020 - 14 janvier

    Eribert Affolter, RFJ, 12 janvier 2020 Radio Fréquence Jura RFJ, rubrique en patois, 12 janvier 2020 Thème : Au seuil d’une nouvelle année
  • Ïn conscienciou gabelou - 10 janvier

    Un histoire amusante de Bernard Chapuis, Un douanier consciencieux
  • Ïn conscienciou gabelou - 10 janvier

    Publié dans le Quotidien Jurassien le 10 janvier 2020 Ïn conscienciou gabelou Dains ïn temps pe chi loin, è y aivait encoé des gabelous dains les pochtes les pus retyiries. Ïn djouè, l’Osias (...)
  • Ïn sondge - 3 janvier

    Publié dans le Quotidien Jurassien le 3 janvier 2020 Ïn sondge Ce sonnet de Sully Prudhomme (1839-1907) adapté en patois dit en langage poétique à quel point nous sommes tous interdépendants. Le (...)
  • Le patois de la commune de Grand’Combe des Bois, F. Boillot - 2 janvier

    Les richesses relevées par F. Boillot nous concernent directement. C’est le patois du plateau de Maîche, le cousin du patois des Franches-Montagnes. Les Boillot sont chez nous des Boillat, les (...)
  • Concours Patois 2019-20 - 30 décembre 2019

    Voici la proposition d’un concours. Il s’agit de découvrir le sens des mots ci-dessous et de répondre aux questions. Les auteurs des bonnes réponses seront tirés au sort et les gagnants recevront des (...)